Un café avec Jean-Baptiste Carré

Vous connaissez l’histoire de votre club, mais connaissez-vous les hommes et les femmes qui font ou qui ont fait l’histoire du Trélazé Handball. C’est pourquoi, nous vous proposerons de découvrir ses bénévoles, joueurs ou joueuses,… Vous les avez sûrement croisés ou non à la Goducière. 🤾‍♂️🤾‍♀️

Aujourd’hui, nous vous présentons l’entraineur des séniors masculins et ancien joueur du club Jean-Baptiste Carré. Nous lui avons posé différentes questions pour qu’il nous explique sa vision du club aujourd’hui. Il revient sur certains de ses souvenirs avec le THB. 😁

𝗤𝘂𝗲 𝗽𝗲𝗻𝘀𝗲𝘀-𝘁𝘂 𝗱𝘂 𝗧𝗿𝗲́𝗹𝗮𝘇𝗲́ 𝗛𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹 𝗮𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝗱’𝗵𝘂𝗶 𝘀𝗽𝗼𝗿𝘁𝗶𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗵𝘂𝗺𝗮𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Sportivement, et ce que je vais dire n’est pas un grief, ça reste assez flou. Nous avons un nouveau bureau en place depuis janvier, 𝗹’𝗮𝗰𝗰𝗲𝗻𝘁 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝗲𝘀𝘀𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗺𝗶𝘀 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗳𝗼𝗿𝗺𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗷𝗲𝘂𝗻𝗲𝘀. Ce qui est très bien pour le club pour préparer l’avenir, et le renouveau des équipes seniors filles et garçon.

Humainement, comme tout club, il y a des hauts et des bas, mais tant que Trélazé continuera avec 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝘃𝗼𝗹𝗼𝗻𝘁𝗲́ 𝗱’𝗶𝗺𝗽𝗹𝗶𝗾𝘂𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝗴𝗲𝗻𝘀 𝗲𝘁 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 𝗮𝘂 𝗰œ𝘂𝗿 𝗱𝘂/𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗷𝗲𝘁𝘀, 𝗹𝗲𝘀 𝗴𝗲𝗻𝘀 𝗮𝘃𝗮𝗻𝗰𝗲𝗿𝗼𝗻𝘁 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲. C’est le plus important. Je vois mal comment ce qui va être construit par tous pourrait être détruit. En tous cas c’est la philosophie du bureau, et cela me paraît être la voie à suivre pour le club .

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗮 𝗿𝗲𝗹𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗹𝗲 𝗛𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹 𝗮𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝗱’𝗵𝘂𝗶 ?

C’est une relation toute particulière ! 𝗝𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝗮𝗺𝗼𝘂𝗿𝗲𝘂𝘅 𝗱𝗲 𝗰𝗲 𝘀𝗽𝗼𝗿𝘁.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗿𝗼̂𝗹𝗲 𝗮𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝗱’𝗵𝘂𝗶 𝗮𝘂 𝘀𝗲𝗶𝗻 𝗱𝘂 𝗰𝗹𝘂𝗯 ?

Je suis entraîneur des seniors depuis 3 saisons. Ou plutôt j’étais, car cette saison est la dernière, et elle vient d’être définitivement arrêtée suite au covid-19.

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘀-𝘁𝘂 𝘃𝗲𝗻𝘂 𝗮𝘂 𝗛𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹 ?

J’ai découvert le hand en mai 1995, l’année du premier titre mondial pour les France. A cette époque les compétitions étaient en mai et non en janvier comme aujourd’hui. 𝗝𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝘁𝗼𝗺𝗯𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻 𝗿𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝘁𝗲́𝗹𝗲́ 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗲́𝘁𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻. J’ai demandé à mes parents de m’y inscrire à la rentrée suivante.

𝗘𝗻 𝘀𝗲𝗽𝘁𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲 𝟭𝟵𝟵𝟱 𝗷’𝗮𝘃𝗮𝗶𝘀 𝗺𝗮 𝗽𝗿𝗲𝗺𝗶𝗲̀𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗰𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗱𝗲 𝗵𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹, à Angers -Noyant, j’avais 8 ans, sous la houlette de Frédéric Duval, pivot de l’équipe fanion d’Angers-Noyant de l’époque. 25 après je suis toujours dans le hand.

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝗶𝘀-𝘁𝘂 𝗹𝗲 𝗧𝗿𝗲́𝗹𝗮𝘇𝗲́ 𝗵𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝟱 𝗮𝗻𝘀 ?

Difficile à dire, à l’heure où nous échangeons, le club est en pleine restructuration. J’entends l’envie d’appuyer sur les jeunes, alors j’espère voir fleurir des équipes jeunes en tête des championnats départementaux, et 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗽𝗮𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗶𝗿 𝗽𝗹𝘂𝘀𝗶𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗲́𝗾𝘂𝗶𝗽𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗷𝗲𝘂𝗻𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗰𝗵𝗮𝗺𝗽𝗶𝗼𝗻𝗻𝗮𝘁 𝗿𝗲́𝗴𝗶𝗼𝗻𝗮𝗹.

Pour les seniors, c’est impossible à dire.

Mais la priorité à mon sens est de s’occuper des plus jeunes, 𝗾𝘂’𝗼𝗻 𝗲𝗻 𝗳𝗮𝘀𝘀𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗺𝗼𝘂𝗿𝗲𝘂𝘅 𝗱𝘂 𝗵𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹, des gens responsables et respectueux des valeurs de notre sport.

L’avenir du club passera par sa capacité à fidéliser, former et garder nos jeunes joueurs et joueuses au club, pour envisager un avenir stable et sérieux avec les seniors.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝘀𝗼𝘂𝘃𝗲𝗻𝗶𝗿 𝗵𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗶𝘀𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗹𝗲 𝗧𝗿𝗲́𝗹𝗮𝘇𝗲́ 𝗛𝗮𝗻𝗱𝗯𝗮𝗹𝗹 ?

Mon meilleur souvenir avec le club ? J’en ai plusieurs ! La 1ère montée d’honneur en excellence région avec les seniors ! On avait une équipe de copains, on se connaissait par cœur, on a vécu une année exceptionnelle. 𝗜𝗹 𝘆 𝗮𝘃𝗮𝗶𝘁 𝗽𝗿𝗲𝘀𝗾𝘂𝗲 𝗱𝗲 𝗹’𝗮𝗺𝗼𝘂𝗿 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗺𝗲𝗰𝘀 ! C’était qu’une montée de niveau régional c’est vrai, mais on a vécu quelque chose de fort humainement.

Ensuite, il y a la victoire en coupe avec les seniors filles, c’était il y a 5 ans. Ce jour-là, les filles avaient déjouées tous les pronostics en battant d’un but une équipe qui jouait à un niveau supérieur (Juvardeil). 𝗨𝗻𝗲 𝗲́𝗽𝗼𝗽𝗲́𝗲 𝘂𝗻𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗲𝘁 𝘂𝗻𝗲 𝗲́𝗾𝘂𝗶𝗽𝗲 𝗳𝗮𝗻𝘁𝗮𝘀𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 ! Une belle aventure humaine, ma première victoire dans une compétition en tant qu’entraineur, donc forcément dans mes meilleurs souvenirs en lien avec le handball !

𝗔𝘀-𝘁𝘂 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁 𝗿𝗶𝘁𝘂𝗲𝗹 𝗮𝘃𝗮𝗻𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗺𝗮𝘁𝗰𝗵𝘀 ?

En tant qu’entraîneur je n’ai pas de rituel. Quand je jouais j’en avais un en revanche, mais ça c’était avant.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗷𝗼𝘂𝗲𝘂𝗿 𝗼𝘂 𝗷𝗼𝘂𝗲𝘂𝘀𝗲 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́𝗲 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻 𝘁𝗲𝗿𝗿𝗮𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗵𝗮𝗻𝗱 ?

Le capitaine de Trélazé Adrien Lecru.

Laisser un commentaire