Un moment avec Maxime Chartier

Vous connaissez l’histoire de votre club, mais connaissez-vous les hommes et les femmes qui font ou qui ont fait l’histoire du Trélazé Handball. C’est pourquoi, nous vous proposerons de découvrir ses bénévoles, joueurs ou joueuses,… Vous les avez sûrement croisés ou non à la Goducière.


Aujourd’hui, nous vous présentons un ancien joueur en la personne de Maxime Chartier. Il a été joueur, arbitre,  entraineur, bénévole au sein de notre club pendant plus de 10 ans. Il a quitté le club, il y a an et demi pour des raisons professionnelles. Nous lui avons posé différentes questions pour qu’il nous explique sa vision du club aujourd’hui. Il revient sur certains de ses souvenirs avec le maillot THB.


Comment es-tu venu au Handball ?

J’ai commencé le handball parce que j’en avais marre de jouer au foot. Mes 2 meilleurs amis (Samuel et Mathias) jouaient à Trélazé, je n’avais jamais joué mais je me suis dit pourquoi pas et j’ai eu un coup de foudre


Quel est ton meilleur souvenir handbalistique avec le Trélazé Handball ?

Je n’ai pas vraiment UN meilleur souvenir, j’en ai tellement.
Que ce soit en tant qu’arbitre avec Leo Daubord, je me souviens, nous nous sommes retrouvés à arbitrer un tournoi de 18 nationales à Jean Bouin. Je me souviens des moments passés à coacher les moins de 16 Garçon avec une finale de coupe. De plus, j’ai eu la chance de voir l’évolution de mes  joueurs de -16 jusqu’en sénior.


En tant que joueur c’est plus compliqué, j’ai joué à Trélazé de mes 12 à 23 ans. Après ma première année au club en -14, je me retrouve à jouer en -15 région. C’est grâce à cela que j’ai réussi à progresser rapidement.


Ensuite en -16 notre équipe était soudée et super fun. Je me souviens d’une finale de coupe en jeune contre Montreuil dans la salle de Chalonnes. La salle était remplie, tout le monde criait, je n’entendais même pas ce que mon ailier me criait. Notre adversaire Montreuil était notre bête noire avec des joueurs qu’on connaissait donc une rivalité amicale entre joueurs mais aussi coachs puisque nous étions coachés par Antoine Even et nos adversaires par Grégoire Monnier ! On mène ce match jusqu’à la dernière seconde, perte de balle, égalisation et on perd en prolongation… Triste mais super fort !


En senior, je n’ai pas un souvenir inoubliable ce serait plus mon parcours. J’ai commencé à jouer dans l’équipe 3 et 4. Dans la même année, je monte en équipe 2. Et après ça, j’intègre l’équipe 1 quand le club remonte une équipe région. A cette époque, nous n’avions pas un gros collectif mais je donnais tout. Je ne concevais pas resté sur le banc plus de 2 minutes par match. Et pourtant, cette année-là je me suis blessé à la cheville lors d’un match, cela me mit un gros coup au moral parce que ce jour-là on menait. C’est le premier qu’on peut remporter. Ce match restera pour moi un match référence et ça arrive.  Je reviens après en forme mais on finit sur une saison blanche en termes de résultats mais j’ai beaucoup progressé.


Ensuite, l’équipe sénior accueille un nouveau coach avec Jean-Baptiste Carré pendant mes 2 dernières années et je me dis qu’on peut faire quelque chose. On monte une fois et on se dit que ce serait possible du coup on continue et ça marche.


C’est pourquoi, il y a an et demi après le titre gagné, j’ai décidé de changer dans ma vie personnelle. J’ai donc décidé de partir pour Londres et ainsi tourner la page avec le Handball. Quand je pensais en avoir fini avec le hand j’ai appris le décès de David Monot un matin et je n’y croyais pas. Pour moi c’est ça le hand c’est un sport où tu joues contre une équipe avec ton équipe avec des gars pour qui t’es prêt à suer et saigner. David c’est l’incarnation de cet esprit.


Enfin, j’ai beau avoir été dans beaucoup d’équipes différentes ça aura toujours été sous la couleur bleu de Trélazé !


As-tu un petit rituel avant les matchs ?


Avant les matchs je n’ai pas vraiment de rituel. Je reste juste concentré, prêt à en découdre. Le seul truc que je faisais, c’est regarder l’équipe d’en face s’échauffer, qui est droitier gaucher, où sont les impacts et surtout les gardiens. Il faut essayer de jauger l’ennemi avant l’affrontement.


Quel est ton joueur ou joueuse préférée sur un terrain de hand ?

Pour être honnête, je ne regarde pas vraiment de matchs de hand. Ça me donne beaucoup trop envie de jouer. Je  joue ou supporte une seule équipe c’est le THB anciennement ASCPT. Donc, les joueurs que je préfère sont des mecs qui ont fait partie de l’équipe fanion. Pour moi, je pense que la personne qui m’a inspiré le plus, sûr et en dehors d’un terrain de hand, c’est Antoine Even avec sa façon de jouer, de parler et de se comporter. Je n’avais pas vraiment besoin d’aller chercher plus loin.


Mais à Trélazé je remercie toutes les personnes qui nous ont accompagné, supporté, encouragé, entraîné, qui ont joué, les gens qui ont donné leur temps et leurs émotions juste par passion du handball mais surtout par passion du THB.


Un souvenir sur ton rôle de coach à nous partager ?


Cela a été un gros challenge pour moi et les joueuses. Entraîner les seniors filles fut un plaisir et une source d’émotion et d’inspiration énorme. Voir ces filles monter une équipe en ne partant de rien avec des joueuses qui n’ont jamais joué ensemble. Des femmes qui n’ont pas fait de sport depuis un moment, qui n’ont jamais joué au handball, qui ont eu un ou des enfants etc… Alors on part avec un objectif minuscule mais qui peut paraître compliqué : gagner un match dans la saison ! Les filles sont OK et on commence les entraînements en été.
Première séance de cardio, tout le monde ou presque est cramé, mais la volonté est là puisqu’elles reviennent et là on peut pousser l’entraînement à un autre niveau. On arrive au premier match avec peu de handball dans le coffre mais la condition physique est au point, seulement pas de coach disponible, oui je joue aussi.
C’est grâce à Thierry Durand qui se porte volontaire que l’équipe se déplace. Il me semble que cela est à Feneu, meilleure salle du département pour un premier match en septembre, froide et goudronnée !!

Et avec une immense joie je reçois un message de Thierry, et probablement la moitié de l’équipe, premier match première victoire !

Super content je me souviens de l’objectif de l’année et là je me dis merde elles l’ont fait mais je dois tout changer. Au final elle ne gagne plus pendant un moment mais elles montrent une progression énorme au fil des matchs. La fin de saison est magnifique avec 3 victoires de rang dont l’une à Avrillé où l’équipe m’a vraiment impressionné tant sur le volet du hand que de la volonté de gagner des joueuses !

Laisser un commentaire